Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stéphane Saubole - Rédacteur

NOW?90' - En fusion (1) : les pionniers - Octobre 2016

13 Octobre 2016 , Rédigé par stephanesaubole Publié dans #NOW?90'

 

 

  NOW?90' 

 

  NOW?90' 

 

Ouf ! Tout juste quelques rétrospectives sur Arte ! Ils auront épargné "nos" années 90. Il est vrai qu'on eût pu craindre le pire après le terrifiant "revival" des eighties : Les démons de minuit, Capitaine Flam, les soirées Casimir, etc. En toute immodestie, essaimons quelques "brins de muguet" de nos vingt ans...

 

             En fusion : Les pionniers            

 

NOW?90' - En fusion (1) : les pionniers - Octobre 2016

 

 

Moins encore que les autres termes génériques nommant des mouvements artistiques, celui de "fusion" n'épuise pas son sujet. Quelle musique ne serait issue de brassages ? Le vocable avait déjà suscité la controverse lorsqu'on l'utilisait pour désigner un style de jazz des Seventies.

 

A posteriori, on jugerait la "nouveauté" des 90' paradoxale car ses éléments constitutifs puisent à la même source de la Great Black Music... si l'on postule, comme l'auteur de ces lignes, que le rock 'n' roll ne dut que très peu à la country ; écoutons, entre autres, Rocket 88, enregistré dès 1951, par Ike Turner et Jackie Brenston. De plus, les équipages successifs de George Clinton avaient pleinement intégré les guitares saturées dans leur groove (l'Hendrixien Eddy Hazel...), revendiquant cette orientation dans la chanson-manifeste Who Says a Funk Band Can't Play Rock ?

 

 

Run-Dmc/Aerosmith, rencontre au sommet

 

On ne saurait cependant nier l'émergence, à l'orée des années quatre-vingt-dix, d'un réel mouvement – que préfigura la rencontre entre Run-Dmc et Aerosmith – composé de groupes par ailleurs distincts, dosant selon des proportions variables leurs alliages de rock, de funk et/ou de rap.

 

Procédons à une revue d'effectif, bien entendu non-exhaustive, débutant par les pionniers du genre.

 

 

Defunkt on the rocks

 

 

Live at Hurrah – Make Them Dance – 1981

 

 

Defunkt maria très tôt rythmiques funky, riffs de cuivres et énergie rock à une maîtrise jazzistique n'interdisant pas des poussées de fièvre "free". Une inclination qui semblera "familiale" au leader-chanteur-tromboniste-compositeur Joseph Bowie, dont le frère aîné, le défunt Lester Bowie, fut l'une des plus belles personnalités de la musique du siècle passé (immense trompettiste, co-fondateur de l'Art Ensemble Of Chicago, pilier de l'AACM, créateur d'un nonet de cuivres révolutionnaire, du New York Organ Ensemble...) et qui se joignait, de temps à autre, à la belle équipe. Un premier album éponyme, particulièrement novateur et abouti, vit donc le jour dès 1980.

 

 

Coup d'essai, coup de maîtres

 

Huit ans après, la galette In America confirma que la fusion des 90' était plus précoce que d'aucuns ne l'auraient imaginé. Après une quinzaine de disques auxquels ont participé moult invités (dont Vernon Reid), la formation fêtera ses 30 ans en 2018. Longue vie à Defunkt !

 

 

Defunkt sans limites 

 

 

 

Fishbone, du funk au punk ?

 

 

 

Curtis Mayfield revisité

 

 

Depuis 1979, Angelo Moore (voix, saxophones, percussions), John Norwood Fisher (basse, choeurs), "Dirty" Walter A. Kibby II (trompette, choeurs), ainsi que leurs multiples compagnons de jeu, cultivent l'image d'un band déjanté au ska-rock ravageur, dont les prestations bondissantes ont soulevé les publics du circuit international. Nul ne songerait à contester cette intensité scénique, mais ce « fofklore » ne devrait pas occulter une haute créativité et une excellence de l'interprétation. À titre d'exemple, les Angelenos entamèrent leur premier album studio (Truth And Soul, 1988) par une revigorante reprise de Curtis Mayfield, initialement destinée à la bande originale du film Super Fly.

 

 

 

Un «classique» du band

 

 

Leur production la plus connue, The Reality of My Surroundings (1991), nous avait un tantinet dérouté par sa verve festoyante, ses interludes fréquents et une tendance à «caméléoniser» tous azimuts. Le compte y était largement néanmoins, avec des pépites telles que Fight The Youth, Behavior Control Technician ou le « gospelisant » Everyday Sunshine.

 

 

Hymne à la joie !

 

Fishbone ne détela pas durant la décennie, explorant en deux nouveaux opus (Give a Monkey a Brain and He'll Swear He's the Center of the Universe, 1993 ; Chim Chim's Badass Revenge, 1996), les chants du possible, « du Funk au Punk », tout en retournant à la source jamaïquaine.

Angelo dans tous ses états

En l'an 2000, ils organisèrent avec leurs amis - George Clinton, Rick James, Gwen Stefani, H.R. des Bad Brains, John Frusciante, Flea, Chad Smith, etc. - un All-Star Game : Fishbone and the Familyhood Nextperience Present : The Psychotic Friends Nuttwerx.

Highlight du All-Star Game

 

L'ovni décolla sur l'air de Shakey Ground, écrit par Eddie Hazel et interprété par les Temptations dans les 70', avant de rejoindre la « family stone » dans les étoiles (la cover d'Everybody is a star) ou de créer de nouveaux astres.

Hazel + Temptations + Friends + Fishbone !

 

Angelo et ses frères suivent depuis le début du siècle un itinéraire sinusoïdal, jalonné d'un seul album studio (Still Stuck in Your Throat, 2006), de quatre Best of, de changements de line-up, de live à foison et d'un documentaire (Everyday Sunshine: The Story of Fishbone, 2011) diffusé dans une vingtaine de pays. Ainsi naissent et vivent les légendes...


 

Stéphane Saubole

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article