Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stéphane Saubole - Rédacteur

NOW?90' - En fusion (4) - U.D.S. : La belle équipe ! - Novembre 2016

2 Novembre 2016 , Rédigé par stephanesaubole Publié dans #NOW?90'

 

 

 

  NOW?90' 

 

Ouf ! Tout juste quelques rétrospectives sur Arte ! Ils auront épargné "nos" années 90. Il est vrai qu'on eût pu craindre le pire après le terrifiant "revival" des eighties : Les démons de minuit, Capitaine Flam, les soirées Casimir, etc. En toute immodestie, essaimons quelques "brins de muguet" de nos vingt ans...

 

  En fusion - U.D.S. : La belle équipe !    

 

NOW?90' - En fusion (4) - U.D.S. : La belle équipe ! - Novembre 2016

 

 

La générosité d'Urban Dance Squad envers tous les publics ou leur éloignement de démarches intéressées évoqueront toujours un "band de potes", plutôt qu'une équipe formée pour les succès commerciaux.

 

 

Dédicace au Confort Moderne 

 

La dédicace d'U.D.S. au Confort Moderne, en «prime» sur une chaîne nationale française, nous sembla tout dire de leur intégrité. Les membres du combo batave souhaitèrent apporter leur soutien à un lieu culturel/salle de concert situé à Poitiers et dans l'obligation de fermer définitivement ses portes en janvier 1992. Sollicités pour la supposée "dernière" du site – dont les activités reprirent finalement quelques mois plus tard – ils avaient donné une prestation incendiaire à des spectateurs littéralement en surchauffe (des seaux d'eau furent jetés par l'organisation sur la foule ! Si, si...) ; l'offrande de "seigneurs de la vie", précieusement conservée dans les coeurs pictaves...

 

 

L'ADN d'U.D.S.

 

Le groupe - dont le nom aurait été inspiré par l'album Urban Dancefloor Guerillas (1983) du P-Funk All-Stars - fut formé le 20 décembre 1986 afin de préparer un set pour le festival d'Utrecht programmé le mois d'après. Des débuts de conte de Noël ! La dure réalité du milieu se rappela bien vite à eux, devant souquer ferme durant deux ans dans les salles, clubs, stations de radio etc. avant d'embarquer dans les cabines d'un studio.

 

 

Big Apple, en live sur une chaîne allemande (1990)

 

Cet acharnement permit d'apposer une "marque de fabrique" – à la fois "Mustang muscle car" et DeLorean du docteur Emmett Brown – préalablement à la captation d'émissions sonores. Sur un chassis basse-batterie (Sil, Magic Stick) sans fioritures, le flow du frontman Rudeboy Remmington vombrissait en une explosivité toujours renouvelée. Les tressaillements aussi subtils que rageurs de Tres Manos (quel surnom pour un six-cordes !), inspiré par le sanctifé Voodoo Child, eussent seuls parachevé la belle ouvrage. Cependant, à une époque où la présence de "platines" s'avérait encore novatrice dans un groupe de cette nature, les scratchs et les samples de DJ DNA actualisèrent la donne avec un brio qui sidéra.

 

Fast Lane, le titre introductif du premier opus

 

Mental Floss For The Globe, enregistré à Bruxelles au printemps 1989 par Jean-Marie Aerts (TC Matic), imposa un melting pot joyeusement inventif, d'une tonalité néanmoins homogène. L'invraisemblable puissance scénique d'U.D.S. put, dès lors, s'exprimer dans les grands festivals en compagnie de Living Colour, Public Enemy, George Clinton...

 

 

Famous When You're Dead, l'une des “paillettes d'or”...

 

 

Étonnament, le succès consacra le peu représentatif et très samplé (sur un titre du même nom publié par Ray Barretto en 1968) Deeper Shade of soul. En "orpaillant" le contenu de l'album, nous tamiserions des paillettes d'or telles que Fast Lane, Prayer for my demo, Big Apple, Famous When You're Dead...

 

 

Tres Manos dans ses œuvres !

 

Élaboré à l'automne 1991, dans un creuset similaire, le deuxième "long-format", Life'n Perspectives Of A Genuine Crossover, évita l'écueil de kaléidoscoper pour rien, conservant le même esprit que Mental Floss For The Globe, mais d'un cran au-dessus en termes de répertoire, d'orchestration et de production. Égrener dans leur course les seuls riffs de Tres manos justifierait les mille et une écoutes... Pourquoi ses "plans" n'ont pas intégré le viatique de tout guitariste rock ?

 

 

Le riff qui devrait être culte...

 

En un même mouvement à la fois novateur et organique, se succèdaient des morceaux impeccablement composés, aux tempi pluriels, aux breaks en équilibre et aux refrains enchanteurs...

 

 

Les cracks chez Les Nuls 

 

Le départ subit de DJ DNA, après Life 'n Perspectives of a Genuine Crossover, déplaça le point d'équilibre musical d'Urban Dance Squad. Privé de l'habillage d'un deejing créatif, le désormais quatuor, sans trahir sa personnalité, se drapa dans une étoffe toujours agréable mais au toucher plus rèche.

 

Guitar Hero un jour, Guitar Hero...

Ces contigences influèrent sur la réalisation de Persona Non Grata, le troisième disque, produit à Londres par Phil Nicolo et Stiff Johnson. Les 66 minutes proposées au public en avril 1994 ne déçurent pas, tant l'énergie de Rudeboy et la classe de Tres Manos réhaussèrent une tracking list un soupçon moins nuancée.

High voltage !

 

Demagogue, le single inaugurant l'opus, connut une belle postérité sur les chaîne TV spécialisées des deux côtés de l'Atlantique et s'invita dans divers classements nationaux. 

 

Demagogue, le "clip" du single

Reconnaissons à U.D.S le mérite de s'être toujours mis en danger, explorant sans cesse les "chants du possible". Avec Planet Ultra (1996), cette quête décontenança – nous euphémisons – jusqu'aux plus fidèles. Un trop grand éclectisme, le rôle limité de la guitare, l'intervention de pas moins de cinq producteurs, la structure même des compositions etc. nuisirent à la force évocatrice de l'ensemble. Selon notre idée, cette volonté de renouveler leur identité l'a "floutée", presque jusqu'à l'effacement...

Warzone 109, la rescapée ?

 

Rudeboy et ses compagnons – dont, pour quelques temps, le claviériste U-Gene – conservèrent cependant une belle énergie sur les planches ; en témoigne Beograd Live (1997), dont les 21 pistes comprennent une improbable reprise des Beatles !

 

 

L'improbable cover d'Helter Skelter en live !

Bien que le retour de DJ DNA, en avril 1997, incidenta la reformation du quintet originel, Urban Dance Squad ne céda en rien à la nostalgie, revendiquant ses perpétuelles expérimentations artistiques.

 

U.D.S. Is Back !

 

Distincts de tous leurs prédécesseur, des morceaux d'Artantica (1999) tels que Hard-Headed Headstrong, Letter To Da Better, Bank Stock 6 Zeros, moins "frontaux" que les premiers succès mais d'une réelle densité, reconquérirent les fans.

 

Tres Manos, toujours...

 

De plus, Tres Manos sembla recouvrer une totale liberté d'expression, distillant même des sons acoustiques pour les titres Chain-Locked To Nowhere ou Modern Woman. Une longue tournée succéda à l'album, entraînant le combo dans les clubs et festivals européens avec Queens of  the Stone Age, Massive AttackOutkast ou Lee 'Scratch' Perry.

 

 

Touche acoustique !

 

C'est Tres Manos, qui, en annonçant son propre départ en février 2000, sonna le glas de treize années d'existence... Urban Dance Squad se reforma, certes, en août 2006, pour l'édition d'un Best of sobrement intitulé The singles collection, ainsi que pour une poignée de concerts. Depuis, silence abyssal. On ne situe  pas l'Atlantide...

 

 

Stéphane Saubole

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article