Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stéphane Saubole - Rédacteur

Les invités - J.R. Népacquier / Pierre Jacquemin - Inédit - Décembre 2015

6 Décembre 2015 , Rédigé par J.R. Népacquier Publié dans #Les invités

 

Un ouvrage de Pierre Jacquemin proposé par Riveneuve éditions

 

Errance sur les quais de Bordeaux

et autres récits fantastiques

Les invités - J.R. Népacquier / Pierre Jacquemin - Inédit - Décembre 2015

Nous avions connu l’écrivain bordelais Pierre Jacquemin, essayiste, auteur de deux études sur le grand poète alexandrin de langue grecque Constantin Cavafy. Le premier ouvrage - il m’a montré la lettre dernièrement - avait reçu les félicitations du professeur Henri Tonnet, Directeur de l'Institut Néo-hellénique à la Sorbonne. Puis nous l’avions découvert poète avec son étonnant recueil Voyages à l’Ombre de la Lumière, poèmes initiatique qui nous a conduit sur des chemins slaves, grecs ou égyptiens à la recherche d’une belle Lumière symbolique… 

Son quatrième ouvrage, qui vient de sortir, toujours aux éditions Riveneuve, nous offre, cette fois-ci, un recueil de nouvelles, de nouvelles fantastiques… Et ces récits nous transportent en des lieux les plus divers, des lieux où il a vécu ou bien qu’il a traversés. Nous démarrons notre voyage fantastique depuis Bordeaux avec une histoire très originale. Puis en Louisiane dans un champ de cannes à sucre, à Soulac en plein hiver, sous la pluie lorsque tous les touristes sont partis, puis au Caire, en Angleterre, à Exeter. Dans une clinique bordelaise, au bord du lac Léman… La dernière nouvelle, la plus réussie selon plusieurs lecteurs que j’ai pu interroger, est celle où est mis en scène Constantin Cavafy, encore lui, ayant un rendez-vous pour le moins extraordinaire dans son appartement, à Alexandrie… Comment Pierre Jacquemin conçoit-il ces récits fabuleux ? Il me surprend lorsqu’il me dit qu’il les sort toujours d’une expérience personnelle. Dans chacun des textes de cet ouvrage, un vécu a déclenché de telles histoires. Le rien d’un vécu qui dérape dans l’imaginaire du fantastique ! Prenons un exemple : lorsqu’il vivait en Louisiane, il aimait beaucoup, dans la solitude de certaines soirées, partir errer dans les champs de cannes à sucre. S’il partait trop loin, la nuit tombait parfois très vite, et... de curieux froissements dans les feuillages, de curieux glissements sur le sol… C’est le point de départ d’un envol littéraire…

Chaque récit est une errance 

J’ai employé le verbe « errer ». Chaque récit est une errance, une errance dans l’espace, ou bien dans le temps, ou bien dans le temps et l’espace en même temps. Il n’en a réellement pris conscience que l’ouvrage terminé. Ici, tout part toujours du réel, d’un univers très concret, très pragmatique. Et puis quelque chose se produit, d’inattendu, d'étrange, d’inquiétant, d’incompréhensible. Le présent ordinaire dérape, on part, on s’éloigne sur de curieux nuages imaginaires, ou pas. On se perd, on ne sait plus où on est… Soudain, la réalité surprend, elle reprend ses droits même si cette échappée a tout transformé et que rien ne sera plus comme avant. La clé est donnée, le mystère se dissout, mais parfois le désastre est réalisé, un meurtre, un suicide, un internement en hôpital psychiatrique. Parfois, au contraire c’est plutôt un soulagement, le bonheur et l’amour prennent la suite… C’est là, l’originalité de ce brillant recueil qui m’a séduit dès les premières pages, l’originalité de ce fantastique qui retombe sur le quotidien, une clé parfaitement inattendue étant donnée en point d’orgue.

Les invités - J.R. Népacquier / Pierre Jacquemin - Inédit - Décembre 2015

Pierre Jacquemin, écrivain, poète, essayiste, spécialiste de Constantin Cavafy et auteur du recueil de nouvelles Errance sur les quais de Bordeaux et autres récits fantastiques

Voyage Inattendu sur un Tapis Volant

Et voici, pour finir, un extrait qui pourrait sembler contredire ce que je viens d’écrire et pourtant… Voyage Inattendu sur un Tapis Volant...

C’était une nuit noire, très noire. Le désert, invisible, respirait et vibrait curieusement. On aurait dit une tôle immense, agitée par des mains cachées dans l’obscurité cristalline. Un froid grandiose se soulevait par moment, un froid qui vous enveloppait par vagues successives. Un froid immobilisait deux passagers effarés, plaqués sur le tapis volant qui filait. Un tapis qui montait et qui descendait d’un coup en suivant le tracé ondulé de la route… Long ruban qui se dévoilait, au fur et à mesure, dans un halo de lumière crue qui captait le regard et fascinait. La température se modifiait suivant le mouvement du tapis : s’il montait, une douceur toute relative semblait se rétablir, s’il descendait, un froid soudain les faisait longuement frissonner. Ils étaient accroupis sur le tapis rugueux, assis en tailleur, comme ils pouvaient ; ce n’était pas très confortable. Et puis, il y avait ce vent, dû au déplacement rapide, glacé par moments, ce grondement qui sifflait dans les oreilles et les empêchait de communiquer même en hurlant de courtes phrases, joue contre joue. Mais c’était surtout ce froid qu’ils n’auraient pu imaginer… Il avait fait si chaud durant cette magnifique journée, à Marsa Mathrouh, à plus de trois cents kilomètres de là. Lui, il avait passé son temps dans l’eau chaude et calme, devant le grand hôtel désert, en cette saison. Elle, après quelques brasses, elle s’était réfugiée à l’ombre des noirs tamaris sans fleur et qu’aucun souffle ne faisait bouger. Elle avait écouté de la musique et somnolé, toute troublée par cette Egypte qu’elle découvrait. C’est sur ce tapis volant qu’ils avaient fait connaissance. Ils ne s’étaient jamais rencontrés avant, si ce n’est dans la voiture de location qu’ils avaient décidé de prendre à plusieurs, pour rejoindre, de façon plus confortable, l’oasis de Siwa. L’entrevue avait été fixée dans le hall de l’hôtel Métropole, à Alexandrie. Ils étaient quatre passagers, bien décidés. Ils s’étaient présentés très… 

Un tapis volant !!! À l'entame de cette nouvelle, sommes-nous dans le réel ? Bonne lecture !

J. Rémi Népacquier

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article