Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stéphane Saubole - Rédacteur

Arts - Michel Pourteyron - Non publié - 2005

27 Avril 2012 , Rédigé par stephanesaubole Publié dans #Beaux-Arts

Le dessinateur clandestin

 

« Un sens proliférant des mots superbes et des images crues, images de peintre » décocha Antoine Blondin, dans l’une de ses œuvres, antérieure mais en la circonstance prémonitoire, de sa rencontre avec Michel Pourteyron.

 

Au vrai, en présence d’un hôte, l’artiste exulte, vitupère et intime des complicités avec une bouille émerveillé  d’enfant qui s’excuse de sa feinte hâblerie. Plus essentiellement, chaque jour il se draperait dans ses couleurs, engagerait le fer avec la lumière, estoquerait les formes, dompterait la matière… Mais n’eût-il été qu’un bretteur fantasque, ses œuvres auraient-elles atténué, au moment où nous les vîmes, l’angoisse légitime que génère les destructions même les plus lumineuses ? Depuis un retour dans son pays natal, Michel Pourteyron confesse gratter de nouveau l’argile d’un terroir personnel qui mêle Picasso à  Vermeer et où tremble l’âme tourmentée de Nicolas de Staël. Les traits du dicible de ce dessinateur clandestin nous lient à la réalité de ces déchirures de tulipes, de coquelicots, de cèpes, d‘amandes ou… de crevettes. « Sans négliger les richesses modernes de l’abstraction, il n’entend pas se priver des structures de la forme. » écrivit Jean Giono en 1965. L’hommage simple de l’un des plus grands.

 

Le 15 mai 2012

 

Merci Michel…

 


 

tableau-Pourteyron

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Clovis Simard 15/08/2012 03:16

(fermaton.over-blog.com),No-25. THÉORÈME CUSANUS. - Une connaissance moderne du monde.