Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stéphane Saubole - Rédacteur

Economie - Bordeaux Madame - Bouygues Immobilier - Octobre 2010

28 Avril 2012 , Rédigé par stephanesaubole Publié dans #Economie

Bouygues Immobilier / Direction Régionale  Aquitaine-Pays Basque

Interview de Philippe Cousty

PortraitPCousty


Filiale d’un groupe désormais plus connu par le grand public pour ses activités dans les secteurs des médias ou de la téléphonie, Bouygues Immobilier demeure un géant sur le marché français, avec pour l’année 2009 un chiffre d’affaires de 2 989 M€ et 11 230 logements réservés. Parmi ses 1 343 collaborateurs, 70 d’entre eux, dont le directeur Philippe Cousty, oeuvrent dans les locaux bordelais de la Direction Régionale  Aquitaine-Pays Basque.

 

Bordeaux Madame. Quel est le domaine d’activités de Bouygues Immobilier ? 

 

Philippe Cousty. Bouygues immobilier est la société de promotion immobilière du groupe éponyme. Cette entité fut la première diversification, en 1956, de l’entreprise Francis Bouygues. Actuellement, ses activités sont orientées vers le grand public, les entreprises, les collectivités ou les autres investisseurs institutionnels. Notre métier de promoteur s’exerce à 99% dans le domaine du neuf, avec une prédilection pour le logement collectif, même si nous intervenons de plus en plus sur les marchés des maisons individuelles groupées, des bureaux, de l’aménagement urbain ou des parcs commerciaux. En 2009, le groupe a livré près de 268500 m2 de grandes opérations emblématiques en France. La meilleure illustration dans la région est l’immense projet Ginko, qui a induit l’acquisition à la CUB de 32 hectares à Bordeaux-Lac afin d’aménager et de commercialiser 2150 logements, 20 000 m2 de commerces et 30 000 m2 de bureaux.

 

BM. Comment est structurée la Direction Régionale  Aquitaine-Pays Basque ?

 

PC. Bouygues Immobilier développe depuis longtemps une culture de la proximité avec une trentaine d’implantations en France, dont les directions régionales, les « agences » et les « antennes », qui sont les agences en devenir. Ainsi, en raison de l’envergure du projet, une antenne est exclusivement dédiée au projet de l’éco-quartier Ginko, en sus de la Direction régionale. Notre unité rassemble 70 salariés aux fonctions très diverses : acquisition de foncier, promotion immobilière, finances, technologie, commercialisation, communication… Et nous comptabilisons en 2010 1100 contrats signés relatifs à des logements, dont près de 700 dans la ville de Bordeaux. Nous avons vocation à accompagner les collectivités, notamment ici, avec l’objectif de la CUB d’atteindre 1 million d’habitants en 2030. Cette volonté se marie avec le désir d’être créatifs afin de contribuer à l’édification de lieux de vie agréables et adaptés. Nous collaborons avec les cabinets d’architectes Christian Devillers et associés, Brochet/Lajus/ Pueyo ou celui de Bernard Bühler. 

 

BM. Quel fut votre parcours et quel est votre rôle actuel au sein du groupe ?

 

PC. L’intitulé exact de ce poste, que j’assume depuis avril 2010, est « Directeur régional Bouygues Immobilier Aquitaine-Pays Basque ». J’ai le rôle du chef d’orchestre qui doit susciter des échanges en interne entre tous ces professionnels aux profils variés et en externe avec des acteurs tels que les propriétaires du foncier, les bureaux d’étude et de contrôle… C’est une fonction d’une grande richesse, car exigeant une appréhension la plus juste possible des rapports humains. J’avais intégré Bouygues Immobilier en 1998 – créant notamment une antenne en Anjou – après un parcours dans une autre filiale du groupe, Bouygues construction.

 

BM. Votre opinion sur le marché aquitain pendant et après la crise ?

 

PC. Le marché du logement neuf a connu un coup d’arrêt brutal lors du dernier trimestre 2008. Cependant l’ensemble des mesures gouvernementales qui composent le plan de relance – dispositif  Scellier, doublement du Prêt à Taux Zéro, Prêt Pass Foncier – ont encouragé une reprise dès le premier trimestre 2009, bien plus précocement que nous l’avions prévu ! Car la précédente crise dans l’Immobilier avait duré de 1990 à 1996 et nous avions à l’esprit des cycles de récession plus longs. Par ailleurs Bouygues Immobilier fut réactif pendant cette période délicate. Et l’année 2010 s’avère pour nous économiquement très positive avec une augmentation forte de nos ventes et même désormais un pénurie de « produits ». L’une des conséquence de cette crise fut cependant un recentrage sur nos pôles forts tels que la CUB, le Bassin d’Arcachon ou le BAB. Ces zones géographiques continuent à se développer. 

 

BM. L’Immobilier se révèle-t-il aujourd’hui un domaine attrayant pour des investisseurs ?

 

PC. De concert avec les possibilités offertes par la Loi Scellier ou le Prêt à Taux Zéro bonifié, la baisse significative des taux d’intérêt pour les prêts contribue à une attractivité de l’investissement patrimonial ou spéculatif. De plus, après les crises financières, la pierre apparaît comme une valeur refuge. Sur notre marché, la confiance est donc revenue. Bouygues Immobilier désire contribuer à ce climat positif en exprimant un désir de transparence. Ainsi nous informons le public sur notre site internet  de tous nos prix à la vente et de nos formules afférentes aux assurances. Enfin je dois avouer que, localement, nous bénéficions d’un atout imparable : Bordeaux est une ville très attractive !

 

Propos recueillis par Stéphane Saubole

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article