Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stéphane Saubole - Rédacteur

Economie - Objectif Aquitaine - Le nautisme - Juillet 2005

28 Avril 2012 , Rédigé par stephanesaubole Publié dans #Economie

logo-objectif-aquitaine

Un Nautisme girondin à découvrir

 

Quel autre secteur économique en Aquitaine déplore, comme un obstacle majeur à son développement, une « difficulté à recruter » ? Eclairage sur un nautisme girondin en bonne santé.

 

Le nautisme est  une activité économique étonnamment méconnue ! D’après les informations de la Fédération des Industries Nautiques (FIN), ce secteur découpé en 8 métiers - constructeurs, motoristes, équipementiers, grande plaisance, loueurs maritimes et fluviaux, négoce et maintenance, sports de glisse et de pleine nature, prestataire de services – recense en France 3 000 entreprises et implique 46 000 personnes pour un CA global de 2,8 milliards €. Notre pays s’impose comme le leader mondial dans les secteurs de la voile et du pneumatique, comme le 6ème producteur mondial de bateaux à moteur et comme le 1er marché européen de vente de moteurs hors-bord et in-bord diesel. La seule production française de bateaux de plaisance devrait dépasser le milliard d’euros en 2004. En Aquitaine le CA annuel de la construction de bateaux de plaisance  s’élevait à plus de 80 M€ en 2003 et celui afférent à la réparation et à l’entretien atteindrait 1,5 M€. Le nautisme intéresse dans la région 384  entreprises et 2757 emplois, dont respectivement 244 et 2202 en Gironde. La zone géographique du Bassin d’Arcachon concentre 55% des entreprises et 41 % des effectif du Département avec notamment 320 emplois implantés dans la commune de Gujan-Mestras. L’autre grand pôle régional de la filière est la CUB avec 29 % des emplois aquitains.

 

La bonne santé du marché girondin

 

D’après les attendus d’une étude réalisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux, sur la base d’unG8A4207 panel de 44 sociétés girondines, il apparaît que 90 % des entreprises n'appartiennent pas à un groupe, que 2 sur 5 réalisent 100 % de leur chiffre d'affaires dans l'activité de la filière, que près de la moitié réalise 60 % de son CA avec des particuliers et que les 2/3 du panel étudié ont un capital social inférieur à 40 K. On peut esquisser le portrait d’une TPE d’inspiration artisanale, très centrée sur son cœur de métier. La part du CA réalisée en tant que sous-traitant atteint 57%, car 80 % des entreprises sous-traitent une ou plusieurs activités. Bien que soumis à une sévère concurrence locale, les acteurs du marché évoluent dans un contexte actuel favorable illustré par une augmentation de la production et des ventes ces quatre dernière années. Pour la période de 2001 à 2003, le chiffre d'affaires de Guy Couach  a progressé de 25 % pour s’établir à 41,412 M€, et celui de Construction Navale Bordeaux, de 22 % pour s’établir à 47,503 M€, puis atteindre 70M€ en 2004. Très éloignés du profil type précédemment défini, ces deux géants dominent le marché en concentrant 70% du CA de l’activité nautique girondine. Créé en 1987, Construction Navale Bordeaux, intégré depuis au groupe Bénéteau, est un chantier naval domicilié sur la rive droite de la Garonne qui réunit 300 salariés dans les domaines  aussi divers que le bois, la  décoration, la sellerie, l’hydraulique, la tuyauterie, l’usinage de pièces, l’aluminium, la peinture, les matériaux composites. Plus de 40 bateaux de prestige de 20 à 32m ont déjà été élaborés, sur un site de 24 000 m2 dont 12 000 couverts, par ces spécialistes de bateaux très haut de gamme. Très récemment, CNB a mis à l’eau sur la Garonne, un yacht de luxe de 35 mètres, une merveille en carbone, teck et balsa dessiné par l’architecte naval Philippe Briand, qui sera en vedette fin juin sur le stand nautique de la CCI à la Fête du Fleuve. Olivier Lafourcade, le responsable de la division grande plaisance de la société atteste de sa bonne santé en évoquant « un carnet de commande complet et la construction d’un nouveau bâtiment de 8 000 m2 dévolu à la production ».

 

Un déficit en communication

 

Les productions des chantiers navals Guy Couach et CNB étant destinées majoritairement à l’export, leurs budgets de communication sont très orientés vers les publics étrangers, ce qui induit un relatif déficit en notoriété dans la région. Par ailleurs les TPE qui composent l’ensemble du marché, bien qu’exprimant une volonté de communiquer, concèdent leur faiblesses actuelles en matières commerciale et marketing. D’après l’étude de la CCI  de Bordeaux, 2/3 des entreprises de Gironde conduisent des actions commerciales mais 1/3 seulement disposent d'un service interne dédié. Dans un secteur où deux entreprises sur trois souhaitent recruter en 2005, les carences en main d’œuvre qualifiée devraient cependant inciter la filière à s’ouvrir sur le monde extérieur. Car 80 % des entreprises déclarent avoir des difficultés de recrutement ! Olivier Lafourcade témoigne de l’épineux problème : « Notre chantier naval implique 35 métiers ce qui nous oblige à former en interne. Un processus qui s’avère long et coûteux. Nous préfèrerions engager des salariés formés à l’extérieur et conséquemment nous encourageons les partenariats actuels qui s’élaborent avec le Lycée de la Mer à Gujan Mestras ». Dans le département, 40 % des entreprises ont ainsi développé des collaborations avec des établissements de formation. Dans cette même pente, les difficultés de recrutement devraient derechef fédérer une filière qui souvent s’ignore. A ce jour, 50% de ses acteurs ne cultivent pas le sentiment d’appartenir à un secteur d’activité cohérent. Pour y remédier la CCI de Bordeaux a résolu de créer un annuaire professionnel réunissant les artisans, les PME et les industriels du nautisme afin que chacun se perçoive comme partie prenante d’une filière, à l’image de l’Aéronautique.

 

 

Texte de Stéphane Saubole

Photographie de Nicolas Claris

 

http://www.objectif-aquitaine.com/

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article