Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stéphane Saubole - Rédacteur

Economie - Objectif Aquitaine - Tourisme - Juillet 2005

27 Avril 2012 , Rédigé par stephanesaubole Publié dans #Economie

logo-objectif-aquitaine

Tourisme en Gironde, un Littoral accueillant

 

Dans une des régions les plus attractives du pays, le littoral girondin se singularise par une grande proportion de séjours en résidences secondaires et un tourisme influant sur la vie commerciale.

 

Les retombées économiques du Tourisme sont toujours difficiles à évaluer avec précision tant ce domaine d’activités génère, directement et indirectement, des ressources et des emplois dans des secteurs diversifiés, de l’hôtellerie au commerce de détail. Le département de la Gironde s’intègre dans une région Aquitaine très attractive qui a recensé 7,8 % des séjours des Français en France, entre juin et septembre 2003. Le total des nuitées pendant cette période s’est élevé à 41 360 000 - 21,6 millions en hébergement marchand et 19,7 millions en hébergement non marchand - et celui des séjours à 5 471 000 pour un volume global des dépenses de 992,7 M€. Ce montant total est partagé entre les dépenses afférentes à la restauration (242 M€, 24,4 %), à l’hébergement (241,7 M€, 24,3%), aux trajets et déplacements (220,9 M€ 22,3%), aux « formules tout compris » (110,1 M€, 11,1%), aux achats de cadeaux (50,2 M€, 5,1 %) et autres activités (127,8 M€, 12,8 %). Une analyse géographique permet de déterminer les dépenses par territoires, soit :  40,3 % pour la zone littorale de l’Aquitaine, 15,9 % pour l’intérieur des terres, 39,4% concernant les grandes villes et 4,4% affectées à des sites spécifiques (Thermalisme…). On en déduit que la dépense moyenne par nuitée des visiteurs français en Aquitaine s’élève à 24 € (Hébergement : 24 %, Restauration, 21%, Trajets 18%, Formule tout compris 11%, Activités sportives 5%, Cadeaux 5%, Activités culturelles 4%, Déplacements 4% Autres activités 3%, snack-bar : 3%).La dépense moyenne par nuitée est plus faible sur le littoral (21,3 €) que dans les grandes villes (31,1 €), car l’existence de nombreuses maisons secondaires minore les frais d’hébergement. Enfin, à l’étude de leurs motivations, on constate que ces visiteurs viennent rendre visite à des proches (46%), profitent d’un hébergement du type maison de famille ou résidence secondaire (30%), ou recherchent une qualité d’environnement (26%). Par ailleurs, sur 100 touristes français en Aquitaine, 39 ont réalisé 2 séjours ou plus dans la région, en 12 mois, ce qui atteste de la fidélité des amoureux de notre région.

 

Les côtes girondines, 80% de l’hébergement du département !

 

Les capacités d’hébergement d’un territoire éclairent sur la nature et la portée de son activité touristique. D’après une étude sur le sujet parue en février 2005 et réalisée par le Comité Départemental du Tourisme, la Gironde se classe avec une capacité d’accueil estimée à 413 000 lits en 2004 parmi les premiers départements d’accueil en France. La forte proportion de « lits » en résidences secondaires – 64 % avec 54 353 logements et 271 765 lits selon le recensement de la population en 1999 – s’avère l’une des caractéristique girondine. Le seul Bassin d’Arcachon abrite ainsi  49% des résidences secondaires départementales avec  26 251 logements et 131 255 lits ! Les « lits marchands » sont eux regroupés - 50% du potentiel départemental-  sur le littoral médocain. Relativement à cet hébergement marchand, 54 % de l’offre girondine est constituée par 78 000 lits de campings massés sur le littoral (55% en Médoc et 38 % sur le Bassin d’Arcachon). Au total, les 20 communes dotées d’une façade atlantique en Gironde concentrent 78 % des lits marchands et 81 % des résidences secondaires.

 

L’impact sur le commerce

 

Au delà des activité directement liées au tourisme comme l’hébergement, la restauration, les visites culturelles et les activités sportives et de loisirs, de nombreux commerces bénéficient des afflux touristiques. Sur les côtes aquitaines, le nombre d’emplois, en moyenne annuelle, induits par la fréquentation touristique était en 1999 estimée à 20 000 alors que les activités caractéristiques du tourisme n’auraient pas concerné plus de 10 000 salariés. Les rives d’Aquitaine occupait en 1999, 8 783 salariées dans les domaines de l’hôtellerie et de la restauration soit 6,2 % des actifs, contre un ratio de 3,3% pour l’ensemble de la région. Le commerce de détail concernait la même année 14 289 salariés soit 10,1% des actifs contre 7,7%  pour l’ensemble de l’Aquitaine. On a également constaté que de 1999 à 2003, le nombre de commerces sur le littoral  a augmenté trois fois plus vite que dans la région. Incontestablement, le Tourisme demeure l’un des moteurs de l’économie aquitaine.

 

Stéphane Saubole

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article