Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Stéphane Saubole - Rédacteur

Musique - Fonkadelica- James Brown/Little Willie John - 2007

28 Avril 2012 , Rédigé par stephanesaubole Publié dans #Musique

 

  logo-fonkadelica-web

 

 

 

JAMES BROWN - LITTLE WILLIE JOHN : SOUL FEVER 1955-56

JamesBrown

 

Cette parution, à la présentation vintage, est une provende de 16 titres immortalisés de juin 1955 à juillet 1956 par les deux chanteurs, dont les interprétations sont présentées alternativement.


Très au-delà de témoignages dédiés aux sectateurs de soul originelle, ces versions exhalent une incomparable émotion, notamment les ballades qui - à contrario de morceaux Rythm’n’Blues s’inscrivant dans un cheminement dont on connaît les issues - se révèlent d’une beauté intemporelle. Selon les experts browniens Little Willie John s’avéra l’une des influences majeures du jeune James, avec Roy Brown, Little Richard, Hank Ballard ou Louis Jordan. Le Godfather clamera plus tard avec déférence que son frère d’âme, fut « le premier chanteur de soul avant même que quelqu’un ne pense à inventer ce terme ».

Cet artiste, disparu tragiquement en 1968 dans le pénitencier de l’Etat de Washington, était pourtant son cadet de quatre ans et ses premiers enregistrements pour le label King Records ne précédèrent les siens que de quelques mois. Mais Little Willie John, né en 1937, s’imposa très précocement, atteignant la cinquième place des charts R&B avec le hit All Around The World gravé le jour de son audition, le 27 juin 1955.

Les succès s’ensuivirent jusqu’en 1961 : Talk to Me, Talk to Me qui parvint en 1958 dans le top 20 pop, Leave My Kitten Alone, en 1959, repris par les Beatles ou Flamingo, en 1961, une composition de Duke Ellington. James Brown et les Famous Flames ouvrirent d’ailleurs dans un premier temps la Little Willie John Revue.

Car Mr Dynamite, après le triomphe initial - un million d’exemplaires vendus - de Please, Please, Please paru en mars 1956 chez Federal (une division de King) dut attendre sa dixième production en septembre 1958 pour reconquérir la gloire avec Try Me.

 

La version originale de Fever

 

  Ce sont d’ailleurs les quatre premiers singles et leurs faces B de James Brown qui sont restitués sur cette compilation et que l’on retrouve, à une exception près, sur son premier album sorti en janvier 1959.

Succèdent donc à l’augural Please, Please, Please  les ballades Why Do You Do Me (Like You Do) et surtout I Don’t Know à l’écoute de laquelle on pressent, à sa voix vibrante d’émotion, à son engagement et à un passage parlé comme il les affectionnera toujours, la carrière du Soul Brother N°1. Plus que sur le Rythm’n’Blues pourtant impétueux I Feel That Old Feeling Coming In, on hume de nouveau l’idole naissante avec Hold My Baby’s Hand.

L’influence gospel, les incantations, le goût de l’exorde, préfigurent les brandons du futur. Just Won’t Do Right et Let’s Make It, permettent aux musiciens et aux "Famous Flames" d’être plus en vue. Parmi les choristes figure déjà le grand soulman Bobby Byrd, récemment décédé (chanteur, pianiste ou organiste des JB’s et co-auteur de Sex Machine ou de Talkin’Loud & Sayin’Nothing).

Quant aux huit titres interprétés par Little Willie John, captés à New-York, puis à Cincinnati, ils se révèlent prodigieux par la grâce d’une voix frissonnante, l’une des plus émouvantes de la Great black music. Après la torchère liminaire All Around The World, le jeune surdoué démontre sur Don’t Leave Me Dear, Home At Last ou Need Your Love So Bad, un talent vocal à la fois exalté et maîtrisé, dont l’étendue du registre stupéfie.

Les morceaux plus enlevés I’m Sticking With You Baby et Are You Ever Coming Back, s’avèrent également envoûtants, tisonnant une énergie viscérale, alors que la version volontairement corsetée de Letter From My Darling ébahit par l’aisance qu’elle sous-tend. Cependant, le joyau de Jame s Brown vs Little Willie John demeurera l’orignal de Fever avec déjà les célèbres claquements de doigts, l’extase d’un artiste brûlé de belles fièvres…


Un hymne incandescent gonflé d’une joie sauvage qui sidère l’auditeur.


Rémy Boncoeur (pseudonyme de Stéphane Saubole)

http://www.fonkadelica.com/chronique.php?page=detail&cat_chro=old_funk

- 16/12/2007

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article